Kidz News

Aziz Amari (17 ans) développe le premier langage de programmation en Tunisie !

| 23 juillet 2021 - 13:35

Le monde du développement informatique est dominé par l’anglais. Au fait, les langages de programmation, du moins ceux les plus populaires, utilisent une syntaxe inspirée de la langue de Shakespear.
Ainsi, un programme qui affiche un message différent selon la parité d’un nombre, ressemble à ce bout de code:

if (n % 2 == 0) {
  print(“pair”);
} else {
  print(“impair”);
}

Vous avez certainement constaté la forte présence de l’anglais. Ceci est dû bien évidemment à la forte présence américaine dans ce secteur. Un jeune Tunisien veut ajouter une touche tunisienne à ce monde magique du développement informatique. Aziz Amari vient de développer et de publier le premier langage de programmation en Tunisie !
Ce langage de programmation, baptisé Ncodi, est donc le premier de son genre.
Ainsi, si on réécrit le bout de code cité ci-dessus avec le syntax de Ncodi, il ressemblerait à ceci :

kan (x % 2 == 0) {
  ekteb(“pair”)
} wela {
  ekteb(“impair”)
}

D’après le jeune informaticien, le développement de ce langage lui a pris plus de 4 mois de travail. Car, en plus de la conception du langage lui même, Amari a également développé un “interprète”, i.e. un logiciel qui permet de transformer le code en un logiciel exécutable.
Amari a également rédigé toute la documentation nécessaire pour la maîtrise du langage !
Ncodi a-t-il une chance de détrôner les langages les plus connus tels que Python, Ruby ou encore JavaScript ? À vrai dire, ceci pourrait ne jamais se réaliser. Cela dit, Ncodi aura un impact considérable et non moins important. En utilisant une syntaxe Tunisienne, ce langage de programmation faciliterait considérablement aux jeunes tunisiens l’initiation développement informatique.
Une fois qu’ils maîtrisent les concepts de base avec Ncodi, les apprenants peuvent appliquer ce savoir pour facilement maîtriser d’autres langages qui sont plus communément utilisés dans le monde professionnel du développement informatique.

Facebook